Nicolas ou Paul ADAM ?

Publié le par dubruly

PAUL ADAM - A 60 ans il découvre les SMS ...

PAUL ADAM - A 60 ans il découvre les SMS ...

Comme lui je suis  vénère grave ! Pour me calmer je vous propose un rébus. Si vous ne trouvez pas le code tout de suite alors c'est globalement négatif. Si vous trouvez le code alors c'est syllabiquement positif.

A vous de jouer !  

Alors le rébus syllabique ou globale ?

Alors le rébus syllabique ou globale ?

mais il y a déjà longtemps et même si nos ancêtres l'ont décidé ainsi c'est qu'ils devaient avoir de  bonnes raisons. Tout ce qui est impénétrable à l'esprit humain relève de l'irrationnel mais au niveau de l'orthographe tout est compréhensible il faut simplement l'expliquer. Et c'est là que la pédagogie entre en action. La langue Française est très compliquée pour celui  qui n'a pas eu d'explication ou pour celui qui ne veut pas comprendre. Pour le premier c'est de la faute de ses  professeurs, pour le second c'est un manque d'activité morale. Oui il ne faut pas se voiler la face  pour apprendre à comprendre le français cela demande un effort considérable que seul un être motivé peut développer. C'est cela qui explique que tant de personnes sont illettrées voire même analphabètes. L'apprentissage du français commence "dès" que l'enfant est né et ne s'arrête pas à l'école, il s'exerce toute la vie d'adulte. Pour apprendre le Français il faut commencer par l'alphabet, puis les syllabes, puis les mots, les écrire, les lire, les comprendre. Ensuite il faut apprendre la vie et apprendre à communiquer par la parole et enfin l'écrit en agençant les mots par la syntaxe de la grammaire. Tout est une question de pédagogie n'oublions pas qu'un mot est avant tout un son qui s'écrit. Dans le cas du son par exemple "âge"  un accent circonflexe sert dans ce "cas" à prolonger phonétiquement la lettre en général une voyelle. Dans le "cas" du graphisme du mot, l'accent grave permet d'éviter de le confondre avec un autre comme "dès" ou "à" par exemple. C'est "sûr" il faut le savoir ! Et ce n'est pas la méthode d'apprentissage globale qui permet d'apprendre l'orthographe. Commencer à apprendre les phrases avant d'apprendre le vocabulaire c'est comme mettre la charrue avant les "beus".  Bref je ne vais pas réécrire  mon livre je vais juste compléter par un peu d'histoire qui montre comment nous en sommes arrivés aujourd'hui à massacrer la langue française.

Un être humain passe environ 20 à 25 ans pour apprendre à lire, à écrire et à compter. Ensuite il peut commencer à philosopher pour s'intégrer dans la société. Non seulement il va continuer à apprendre le français mais  il va aussi transmettre sa parole à ses descendants. Il passe comme je le dis dans mon livre de l'état d'apprenant à celui d'enseignant. Mais voilà en 1789 la  France a connu une révolution qui a transformé une société monarchique autoritaire dans laquelle le beau langage était réservé aux nobles en une société plus ouverte aux gueux. Malgré tout il y a toujours eu des différences entre les hommes à cause du langage jusqu'au  XIX ième siècle durant lequel ceux qui maîtrisaient le langage ont créé le monde moderne. Au XX ième siècle la technologie a tellement évolué qu'elle a fini par exclure une partie de la population du monde qui n'a pu profiter de ses bienfaits. Tous les apprenants qui ne maîtrisaient pas bien le langage ne comprenaient pas le nouveau monde et les enseignants ne faisaient pas l'effort pédagogique nécéssaire pour les aider.

Ce sentiment d'abandon a conduit aux guerres qui une nouvelle fois ont créé des états totalitaires et en france disons le un état autoritaire accentuant ce sentiment de frustration des laissés pour compte jusqu' en mai 1968 où quelque anarchiste, non patriote de surcroît, a commencé la destruction des fondamentaux de  notre société en prônant la libéralisation des moeurs et en remettant en cause l'université. Sous la pression, petit à petit,  une forme de laxisme s'est développée au niveau des éxécutifs passant progressivement d'un état autoritaire à un état quasi inéxistant  livrant  ainsi les  français  aux  frasques, de tout genres, de qui voulait prendre le pouvoir sans trop de risque pour faire selon son humeur avec ses moyens où ceux des autres et dans la pécipitation. Au fur et à mesure les élites se sont alors appropriés le langage en utilisant un français que seul un homme politique ou un magistrat  peut comprendre. Les discours politiques démagogiques  étaient nés. Maintenant il y a deux catégories de français ceux qui baragouinent et ceux qui dissertent. Entre les deux il y a les autres qui s'en sortent plus ou moins bien. Bien entendu ils ne se comprennent pas mais ils acceptent de se faire plus ou moins confiance. C'est la démocratie !

Si nous faisons le bilan en comptant large une génération d'apprentissage du Français vaudrait 25 ans.  Ce qui signifie qu'en 2018 les deux générations d'après les "68 tard" auront malheureusement été sacrifiées sur l'autel de la ashcognition. Je dis malheureusement car c'est vous, en 2016, héritier de vos parents qui ont subi cette révolution faite par "des" soi-disants pédagogues  qui voulaient marquer de leur empreinte la postérité afin  de ne pas être traités de ringard.   La méthode globale n'existe en effet que parce que quelques uns souhaitaient en finir avec l'ancienne école jugée rétrograde. Il fallait suivre le modèle américain issu des études de  James Mc Keen CATTEL.  Ceci explique pourquoi tant de  gens font des fautes ou ne savent pas lire. Cette mèthode a tout simplement dérégulé les méthodes d'apprentissages du Français qui avaient jusque "là" fait leurs preuves en france et dans les pays francophones. Il suffisait simplement d'adapter "la pédagogie" aux besoins du monde moderne sans jeter les acquis pédagogiques des enseignants de la vieille école. Aujourd'hui les pédagogues  adeptes de CATTEL  ont toujours la foi et sont dans le déni. Je les appellerais dorénavant les "Foucambert  - istes" du nom de celui qui a développé la ashcognition dans les rangs des réformistes purs et durs de l'école. C'est peut-être pour cela que de nos jours le mot pédagogie est banni du langage et les pédagogues traités de "pédagos". A chaque réforme de l'éducation nationale on ne parle plus de pédagogie mais d'argent et de rythme scolaire.

Un enfant d'aujourd'hui n'est pas différent d'un enfant d'hier. A la naissance il a dans la tête un  cerveau pas un disque dur et encore moins des RAM à la place des neurônes. Ce qui veut dire qu'il faut lui laisser le temps d'apprendre. C'est vous aujourd'hui  qui aprenez à lire et à écrire à vos enfants, seulement voilà vous n'ètes plus maître de la situation : l'école est un milieu fermé. De plus nous sommes entrés définitivement dans une nouvelle ère celle du téléphone portable, de l'ordinateur, des jeux vidéo, des objets connectés et de la réalité augmentée. La réflexion n'est plus au coeur de la pensée humaine car maintenant il faut aller vite, aussi vite que le "bit". MDR!  Il ne sert plus à rien, soi-disant, d'apprendre la calligraphie car le clavier du PC et les tables d'édition sont les seuls outils accessibles à la lecture et à l'écriture.  Le BIC est distribué à la rentrée scolaire et porte-plume à noëlLa "devise" de la France, dans tous les sens du mot, est : le temps c'est de l'argent. Même l'académie française n'est plus la garante du bon langage puisqu'elle tolère ce dernier frasque littéraire. Envoyez un SMS  à l'humoriste Paul ADAM il est "vénére" mais il comprendra ! LOL !

 

La remise en cause de l'orthographe n'est que la continuité logique de la casse organisée de la langue française entamée avec l'utilisation de la méthode globale chère à Nicolas ADAMC'est l'ultime réforme de l'éducation nationale qui va sacrifier la génération 2012 et les suivantes si nous persistons dans cette direction. La révolution des mots est en marche. Les gavroches du XXI siècle enterreront bientôt la langue de molière. Parce que leurs parents n'auront pas été éduqués pour leur apprendre à comprendre le monde moderne. 

L'actualité est pleine d'exemples de non sens vis à vis de la crise moderne qui est le résultat d'une activité humaine fondée sur une libéralisation sans limites entrainant de fait un appauvrissement de la pensée toujours axée sur la performance, la compétitivité et le profit personnel. Le problème du chomâge est directement lié au défaut de compréhension de la société qui met progressivement les jeunes en marge du progrès en les encourageants à la facilité. Depuis Giscard d'estaing,  les réformes se suivent et se resssemblent. Aujourd'hui nous franchissons des limites innaceptables, certaines lois sont même incompréhensibles. Ce sont des lois du moment  purement symboliques qui loin d'être innovantes abusent de l'ignorance pour faire croire que le  bonheur est accessible sans beaucoup d'effort. Sous prétexte de plus de souplesse elles encouragent à la dérégulation et à la décentralisation mettant en conflit  les acteurs les uns contre les autres et déresponsabilisant l'éxécutif. L'homme ne pouvant être omniscient il est victime de son intelligence. En attendant comptons les syllabes et tournons sept fois notre langue dans notre bouche avant d'émettre un son.

J'ai commencé par un rébus je terminerais par un autre rébus. Pensez à la méthode avec laquelle vous allez déchiffrer ces rébus. Et alors ?

 

Alors ce rébus syllabique ou globale ?

Alors ce rébus syllabique ou globale ?

Publié dans actualité

Commenter cet article