No more pedago-bashing !

Publié le par dubruly

Texte très facile à lire, parce que vous connaissez chaque mot et sa  définition, sinon galère ...

Texte très facile à lire, parce que vous connaissez chaque mot et sa définition, sinon galère ...

Dans un article  intitulé : "Implosion du système scolaire" sur internet, j'ai lu avec stupeur ...

" Il est urgent de passer les principes pédagogiques français au kärcher."  Eric Verhaeghe propose le pédago-bashing, ce que je pense est une incitation à la violence.

Ce n'est pas comme cela que le système éducatif scolaire  verra du changement. Les enseignants ne sont pas responsables de tous les maux de la mauvaise éducation scolaire  de nos enfants. Ce ne sont pas les principes pédagogiques des enseignants qui sont en cause ce sont les méthodes pédagogiques que l'on impose aux enseignants qui le sont.

Il y a une différence fondamentale entre méthode et  principe pédagogique. 

Une méthode c'est par exemple apprendre à lire  aux enfants avec la méthode globale, un principe pédagogique c'est par exemple admettre qu'un enfant peut être plutôt visuel qu'auditif et de faire en sorte que dans ses cours un enseignant utilise autant de supports pédagogiques imagés que sonores. Un pédagogue utilise des moyens pédagogiques propres à sa science et à ses connaissances du comportement de l'élève en classe. Il organise sa classe en fonction du temps qu'on lui accorde de la méthode de travail qu'on exige de lui et des programmes qui lui sont imposés. Ce n'est donc pas les principes pédagogiques mais les méthodes pédagogiques qui sont en cause. En fait c'est la différence entre la forme et le fond.  

Ce sont certains  intellectuels soi-disant chercheurs en pédagogie  ou parfois non, qui ont cassé les vieilles méthodes pédagogiques, aux principes qu'elles étaient ringardes en manipulant les médias et les gouvernement successifs  pour faire passer des méthodes qui pour beaucoup d'entre elles, sont américaines et qui ne sont pas adaptées à l'enseignement primaire. Les fondamentaux sont les bases  du dialogue entre les êtres humains. Et pour apprendre à se comprendre il faut que ces bases soient acquises. Le rôle de l'enseignant est de faire comprendre ces bases. La méthode pédagogique est fondamentale pour la compréhension, je vais vous donner un exemple.

Quand j'étais, petit, en cours d'anglais la méthode pédagogique  employée par les profs d'anglais de l'époque était de plonger l'élève dans l'ambiance de la  langue ce que l'on appelle aujourd'hui l'immersion. Pour moi l'immersion n'est valable que lorsque l'élève connait  sa langue maternelle et possède des points de repère qui lui permettent de comprendre un autre langage. Un enfant n'a pas assez de point de repères pour s'y retrouver. Alors imaginez, vous avez 10 ans et vous commencez tout juste à lire et écrire  le français et en classe un prof d'anglais ne vous parle qu'en anglais pendant une heure, sans même vous donner une seule  explication en français. C'est cela l'immersion.  Au bout de 15 minutes parce que vous êtes studieux vous ne dites rien vous écoutez la musique  sans comprendre  les paroles, au bout d'une demi-heure vous déplacez vos hanches de droite à gauche pour soulager tantôt la fesse droite tantôt la fesse gauche, au bout de trois quart d'heure vous avez les yeux rivés sur la bouche du prof pour essayer de déchiffrer les mots et quand la cloche sonne au bout d'une heure vous discutez avec vos petits camarades de jeu à la récrée sur le nombre de pokemons que vous allez débusquer dans la cours de récrée sans même avoir retenu un seul mot en anglais  sauf peut-être les   "shut up" classiques parce que le prof l'a répété un certain nombre de fois ! Alors s'il faut une heure de "conditionnement"  en anglais pour retenir shut-up, je pense qu'il faudra avec cette méthode un demi-siècle pour que le copain de Mogly emmagasine dans  sa bibliothèque les mots de vocabulaire nécessaires afin de tenir une conversation en anglais : " with  him and baloo their teacher".  Et encore sans la grammaire,la syntaxe etc ...

Le pédago-bashing contre le déni des évidences.

Pédagogue n'est pas un métier c'est un attribut. Tout le monde est pédagogue au quotidien pas seulement les enseignants.  Les enseignants sont des êtres humains qui ont été enseignés auparavant et leurs principes pédagogies leurs sont personnels, seulement les méthodes pédagogiques ne sont pas forcément de leur choix. Et il est bien difficile d'appliquer une méthode pédagogique qui va à l'encontre de la compréhension. Ce qui est évident pour les uns ne l'est pas forcément pour les autres. Dans mon livre l'énigme de Patricia j'explique pourquoi  le mot "évident" est un mot que l'enseignant doit bannir de son vocabulaire pédagogique. Alors  il est évident que le plus grand mathématicien renommé ne fera pas forcément le meilleur enseignant dans la classe de mathématiques des petits parce que il est évident qu'il ne parle pas le même langage que ses élèves  :  le vocabulaire est différent.  Un enseignant doit se mettre au niveau de la compréhension. Il est évident que les enseignants ne veulent pas qu'on rejette sur eux l'échec d'un système qui a décidé de former des têtes pleines de vide. A chaque réforme on ne parle que de rythme scolaire, de programmes en rajoutant ou en enlevant des heures de langues : anglais 2ème langue, allemand pour les meilleurs, latin,  grec pour les futurs mauvais en math, arabes pour parler dans les cités etc ...en oubliant que le temps est décompté au grand dam de la langue française.  Mais oui il faut travailler plus pour gagner plus c'est évident.   Des  moyens pécuniaires, oui vous en aurez. mais on laisse comme une évidence que cette réforme sera la bonne si les enseignants se plient au dictat  de l'argent. Si on vous donne des moyens il est évident qu'il faut des résultats mais où est la pédagogie dans cette évidence ? Non les pédagos ne sont pas entièrement responsables de cette situation. Il faut cesser de leur taper dessus c'est évident.  

Le pédago-bashing contre le refus de l'innovation

Ce sont les ministres qui se sont succédé, ce sont les députés et autres dictateurs de l'éducation nationale qui pour certains n'ont jamais mis les pieds dans une classe sauf pour apprendre à lire et à écrire et qui veulent laisser leur marque de fabrique, leur loi, avant de partir, qui ont passé au karcher la notion de pédagogie. C'est une évidence puisse que dans aucune réforme on ne parle ni de pédagogie ni d'éthologie humaine. Est-ce que l'innovation est fondée s'il n'y a pas de vécu ni de résultats d'expérience. Or l'expérience est un moyen pédagogique que l'on acquière avec le temps et il est dommage d'avoir sacrifier deux  générations d'enfants pour faire des expériences sur leur dos simplement parce que nous vivons dans un monde moderne ou certains se sont crus plus intelligents que d'autres parce qu'ils sont plus instruits. L'intelligence serait de reconnaitre que s'ils ont réussi à l'école c'est grâce aux méthodes de la vieille école et d'en prendre compte et ne pas les  karcheriser mais simplement  les rénover progressivement en gardant ce qui semble bien et adapter au monde moderne ce qui était moins bien. Le karcher détruit le fond. Le pinceau dépoussière l'oeuvre.   

Le pédago-bashing contre le harcèlement au travail

Le fait d'imposer pour l'apprentissage du français la méthode globale à la méthode syllabique  depuis presque un demi-siècle a montré son échec au détriment des élèves. Le monde capitaliste d'aujourd'hui impose à l'être humain d'être de plus en plus performant, d'être de plus en plus rentable, d'être de plus en plus rapide. Exemple on préconise la lecture rapide ce qui signifie qu'on lit le début de la phrase et la fin sans détailler. De même si vous pouvez lire le texte de l'image de l'article, c'est parce que votre cerveau est capable de déchiffrer les mots mais à une seule condition celle de les avoir déjà lu avec les lettres et les syllabes dans le bon ordre et connaître leur définition. Parce que si je vous écrit un autre texte avec des mots que vous ne connaissez pas alors c'est fichu. 

 

 

Ne precanrstioz pas, lrie tuot imdimatéement frea de vuos un liétraitre.

Ne precanrstioz pas, lrie tuot imdimatéement frea de vuos un liétraitre.

Oui, la lecture rapide, c'est bien pour un rapport technique mais est-ce qu'un chirurgien  digne de ce nom fait une  lecture rapide du dossier de son patient ?  A savoir, que le cerveau d'un enfant d'aujourd'hui est vierge de connaissances au départ de sa vie. Il est vierge mais il n'est pas différent de celui d'un enfant du XVI ème siècle et sa capacité mémoire n'est pas plus importante non plus. Ce n'est pas parce que nous vivons entourés de robots qui nous dépassent en capacité physique et mémorielle que nous devons atteindre les mêmes scores qu'eux  dans la vie quotidienne. Personne n'est capable aujourd'hui de tout savoir et de tout connaître. J'ai enseigné dans une école d'ingénieurs et en règle générale grâce à la calculette beaucoup ne connaissent plus la règle de trois et font énormément de fautes de français. Ce n'est pas grave sauf que les CV finissent à la poubelle.  Beaucoup se souviennent du théorème de Bolzano-Weirstrass qui dit : "Toute suite bornée de nombres réels possède au moins un point d'accumulation."   mais beaucoup ne comprennent pas ce qu'est  un point d'accumulation et pourtant en prépa "les taupes" sont au bord du mentisme parfois . Les élèves du primaire eux le savent ce qu'est un point d'accumulation c'est le moment ou il y a tellement d'informations qui arrivent au cerveau que celui-ci bloque et ils s'endorment sur leur pupitre d'écolier.. Voilà ou nous en sommes il faut aller vite et savoir tout faire  mais finalement nous avons fait  un peu de tout et beaucoup de rien.

Alors, monsieur Verhaeghe contre le pédago-bashing, je vais vous opposer l'homme de bois. Lui ne sait pas parler sauf qu'il possède la pédagogie la plus puissante du monde qui force le respect et ne craint pas les coups. Si vous employez comme principe pédagogique  la règle en fer sur les doigts des pédagos alors j'emploierai le Wing Chun pour vous ouvrir les yeux sur les évidences qui vous aveuglent et j'imposerais mes principes pédagogiques pour vous faire comprendre que les enseignants ont besoin d'être soutenus pas abattus. 

Déolsé les chilcés me rednnet fuos mias nuos agulevent pairfos.

Cordialement

Thierry

 

 

Publié dans Pédagogie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article