Echec et maths ...

Publié le par dubruly

 .... 9 h 35 - heure des pros -  itele : échec en math !

Ca y est les enfants sont mauvais en maths depuis une semaine ! Cela devait arriver !  Mais en fait ce n'est pas nouveaux il y a 30 ans que je sais et que je dis  pourquoi les enfants sont mauvais en Maths c'est à cause de l'apprentissage du français avec la méthode globale et le déni des préceptes de base de la pédagogie considérés comme ringards  par le système éducatif dans son  ensemble et les soi-disant savants en pédagogie qui n'ont jamais ouvert une porte de salle de classe. 

Ce sont ces  principes pédagogiques de base que je décris dans mon livre L'énigme de Patricia. Et que je traite depuis une quinzaine d'années  sur mon site  : dubruly.free.fr  !

Pour y accéder cliquez sur le menu : Mon site & Mon blog / Accès au site de dubruly.

Pour y accéder cliquez sur le menu : Mon site & Mon blog / Accès au site de dubruly.

Dans notre société le comportement d'un individu est remarqué quand cet individu sort d'un moule qui est fondé sur la réussite. De ce fait celui qui réussit est considéré comme celui qui est capable d'enseigner aux autres sa réussite et tout est axé sur ce principe. Seulement  chaque être humain possède au départ un cerveau vierge et il apprend dès la naissance à emmagasiner des connaissances enseignées par son entourage : famille, copain, copines, aujourd'hui les médias. Or tous comme nous sommes, les médias en particulier,  nous enseignons à nos enfants ce que nous sommes et pas ce que nous devrions être. De ce fait la porte de communications avec l'extérieur est fermée jusqu'à ce que quelqu'un vienne frapper à cette porte en disant : " ohé t'es pas tout seul ouvre j'ai besoin de te dire des trucs."  Mais c'est trop tard ! Le cerveau est déjà rempli d'évidences qui sont fausses pour beaucoup d'entre elles et qui auront beaucoup de mal à disparaître quand la porte s'ouvre.    

Nous en sommes arrivés là parce que celui qui connaît a du mal à comprendre que celui qui doit apprendre ne comprend pas. Celui  qui possède des connaissances de très hauts niveaux d'études supérieures est peut-être celui qui sera le moins bon pédagogue et ne réussira pas à faire passer le  message basique de sa connaissance.  Il  peut se trouver devant des élèves sans avoir une seule idée du comportement d'un enseigné devant sa matière ou même devant lui l'enseignant.

Un de mes principes pédagogiques  est le suivant :

" Ce n'est pas parce que vous êtes un excellent chercheur en mathématiques que vous serez capable d'enseigner le système décimal à un enfant."

  Ce principe vous pouvez l'appliquer à toutes les matières du système d'éducation scolaire, je précise bien : " scolaire ", pas l'éducation au sens large. 

Dans l'apprentissage, des matières scientifiques et en particulier en mathématiques, les objets ou les choses que l'on appelle :  définitions, axiomes ou théorèmes  ne sont pas démontrables et  servent de base à une théorie ou à la résolution de problèmes. Quand j'entends parler de l'apprentissage des fondamentaux je me demande toujours si ceux qui disent fondamentaux pensent  : définition ou théorie.  

Il faut apprendre  la définition et comprendre la théorie. 

Donc la pédagogie c'est cela il faut expliquer aux enfants pourquoi les fondamentaux sont faits et pourquoi ils existent  et ensuite leur apprendre à se servir des fondamentaux. Et c'est là où ça pêche dans l'enseignement des fondamentaux c'est que l'enfant essaye de comprendre ce qui n'est pas possible de comprendre alors il bloque ! 

Exemple simple : quand vous ouvrez pour la première fois votre poste de télévision devant votre enfant, que se passe t-il dans sa tête ?  Pour lui il n'y a rien à comprendre il y a une image c'est comme ça point. Si personne ne lui explique pourquoi et comment la télévision fonctionne il considèrera que la télévision fait partie de la nature et il ne cherchera pas à aller plus loin dans son apprentissage. C'est pareil pour les chiffres et les lettres. Les chiffres existent il n'y a rien à comprendre , les lettres existent il n'y a rien à comprendre. 

Par exemple si vous lisez, "le texte de l'énigme" dans  mon livre  : " L'énigme de Patricia " si vous cherchez à comprendre le texte vous n'y arriverez pas parce que ce texte est incompréhensible pour celui qui ne possède pas les fondamentaux de ce texte. Quand je dis fondamentaux ce n'est pas la connaissance du Français c'est la connaissance des définitions de chaque mot de l'énigme. Une énigme ne peut se résoudre que si les indices apparaissent et permettent de comprendre la solution. Il faut donc apprendre  les indices pour  comprendre l'énigme. En fait mon livre est une explication de texte qui me sert de support pédagogique pour faire comprendre les principes pédagogiques que je préconise. Ce ne sont pas des méthodes mais des principes. Tous les pédagogues devraient posséder ces principes pédagogiques avant d'utiliser une méthode pédagogique particulière. 

Si vous n'arrivez pas à comprendre le texte de l'énigme et que vous ne lisez pas le livre pour savoir c'est que votre porte est encore fermée. Maintenant si j'ai réussi à vous faire ouvrir la porte alors vous passerez dans un autre monde.

Je n'ai rien inventé j'ai seulement ouvert ma porte à mes élèves. Chaque élève est un sujet de compréhension différent des autres. C'est comme L 'ADN :  L'ADN de Patricia est unique. C'est là toute la difficulté de l'enseignement. L'enseignant doit s'adapter à l'élève ce n'est pas à l'élève de s'adapter sinon la leçon devient un conditionnement.

Un enseignant est un élève permanent qui s'enseigne à lui même. S'il comprend ce qu'il fait il fait comprendre ce qu'il dit. S'il apprend ce qu'il dit il comprend ce qu'il fait.

"Patricia chante qu'il lui dit ... , mais lui comprend t-il ce qu'il fait, en lui disant ?"   

dubruly ne cherche pas à rentrer chez vous, il cherche à vous faire sortir de chez vous. 

Alors revenez à la méthode syllabique et tout rentrera dans l'ordre. Plus tard quand vous saurez lire et écrire alors pour aller plus vite utilisez la méthode globale qui n'est en fait qu'un exercice de saisie rapide de l'objet "mot" par l'oeil. Le cerveau ne réagit et ne  traduit le mot que s'il l'a déjà lu, appris et compris.

Publié dans Pédagogie

Commenter cet article