Blindé VS bondé, la pédagogie du moment.

Publié le par dubruly

A mon avis le train est blindé parce que les voyageurs ne sont pas dedans ... lol

A mon avis le train est blindé parce que les voyageurs ne sont pas dedans ... lol

 

La pédagogie commence là où il y a un message à faire passer. Si quelqu’un utilise un mot à la place d’un autre pour s’exprimer, comment peut-on faire si l’on s’en aperçoit, pour rectifier l’erreur ? Il y a plusieurs solutions mais une seule fera l’affaire en fonction de la situation , c’est ce que j’appelle : « la pédagogie du moment. » 

 

Prenez l’exemple actuel et factuel,  du mot blindé. Quelqu’un dans une conversation, à plusieurs,  dit : «  …il y avait du monde, le train était blindé … » alors vous êtes dans l’embarras car vous savez que le mot employé n’est pas le bon et ça vous choque.


Comment réagissez-vous ?

  • Vous mettez les pieds dans le plat et vous éclaboussez tout le monde en disant : « tu te trompes on ne dit pas blindé mais bondé ! » Dans ce cas vous passez pour un 'intello' et vous risquez de blesser, vexer votre interlocuteur, voire : vous pouvez perdre un copain.
  • Vous faites l’autruche en ne disant rien au risque de passer pour un illettré car les autres savent aussi qu’il y a erreur. Oui ! Parce que dans leur tête, les dialogueurs pensent que si vous ne réagissez pas, c’est que vous ne connaissez pas non plus la bonne définition du mot blindé. Comment réagir sur le moment, est d’ailleurs un dilemme pour eux aussi.  
  • Enfin vous  continuez la conversation tout en faisant passer le message : « oui tu as raison c’est souvent que le train est bondé … », en articulant bien sans plus. 

C’est pour moi la dernière solution, qui est  à prendre, la première fois en tout cas.  Bien entendu vous n’êtes pas  certain que le message soit  bien passé. Votre objectif, car dans cette situation pédagogique vous avez un objectif, celui de rendre au mot bondé son sens, volé par le mot blindé n’est-ce pas ? Mais pas seulement,  en réalité vous utilisez un comportement pédagogique qui donne une chance à la personne qui s’est trompée d’apprendre par la suite la bonne définition du mot blindé, d’apprendre un nouveau mot qui est le mot  le mot bondé et de sauver la face devant ses interlocuteurs. C’est ça « la pédagogie du moment. » En plus si une autre personne du groupe ne connaissait pas non plus la définition vous êtes devenu un super pédagogue sans expliquer : l’image du métro aux heures d’affluence  est implicite tout le monde comprend.

 

Allez, c’est tous les jours que ça se passe ! La pratique du sms est devenue tellement courante que les mots, bien souvent, perdent leur sens. Il faut faire vite pour remédier à cela avant que la phonétique ne prenne le dessus et que les sons ne  soient déformés. Car n’oublions pas comme nous le dit bien  « Patricia » à travers  « son énigme »   qu’un mot est avant tout un son et que l’oreille est un récepteur fragile.  Il est facile sans s’en rendre compte de confondre blindé et bondé sauf en articulant très bien. Vérifions quand même dans le dictionnaire, mais là est une autre histoire pédagogique.   

 

Mé alor ke si gni fi le mo blindé ?

C t la p da go gi  du mo man !

« lol »

 

Thierry.

Publié dans Pédagogie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gazoou 16/03/2011 03:07


Un petit passage par hasard sur ton blog, je n'ai rien lu d'autre. Je m'attarde un chouillas et hop je repars d'où je suis venue !

Dans le cas de la dame de Cat c'est un peu différent, est-ce que tu as une formation en FLE Cat ? Il faudrait lui faire de la phonétique et de la compréhension orale. De l'extérieur c'est marrant
quand même ! Mais je comprends que ça ne soit pas simple à corriger si tous les échanges sont comme ça !

Sinon pour revenir à l'article présent, je me demandais juste si vous pensiez vraiment que c'était un problème de vocabulaire. Enfin oui je pense qu'il y a des lacunes certaines. Mais d'autres fois
j'ai du mal à croire qu'ils ne connaissent pas le sens des mots qu'ils intervertissent. J'ai un exemple sur le bout de la langue mais malheureusement ça ne me revient pas... Euh il me semble que
c'est dire "je serai" pour "je saurai". Et si ce n'est pas du vocabulaire (parce que j'ose espérer qu'on connaisse être et savoir) est-ce juste un esprit réfractaire à la conjugaison ? Ou de la
paresse ? Ah oui ! J'en ai un autre qui me revient ! Au lieu de dire "quand même" j'ai une amie qui dit tout le temps "comme même". C'est bizarre non ?
Et pour la réaction face à ces distorsions, oui je préfère aussi réutiliser le terme en reformulant. (C'est d'ailleurs ce que je fais avec les enfants, je ne suis pas pour leur faire répéter après
moi.) Mais si c'est chronique... On devient lourdingue à reprendre systématiquement !


dubruly 20/03/2011 13:39



Gazou bonjour,


Merci Gazou pour votre commentaire.


Et pour répondre la plupart des gens qui utilisent un mot pour un autre c'est uniquement parce qu'ils ont entendu le mot et le réutilisent sans avoir pris soin de vérifier dans le
dictionnaire son sens exact. La plupart du temps ils s'inventent une définition qu'ils intègrent sans complexe. C'est ce que font les enfants qui lisent très peu et
n'acquièrent pas un vocabulaire correct. Dans le cas de blindé à la place de bondé il s'agit d'un langage parallèle utilisé par les adolescents et les jeunes adultes
qui utilisent des  mots entendus par ci par là dans leur groupe de conservation. Quand un, dit le mot les autres le répètent sans vérifier. Ils se comprennent c'est
suffisant. Le danger est la propagation du mauvais sens vers les plus jeunes.  



dubruly 12/11/2009 09:31


Cat bonjour,

Merci pour votre commentaire.
Rien n'est plus simple que de regarder dans le dictionnaire quand on en a un sous la main.
Bon courage et bonne pédagogie.

Cordialement
Thierry


cat 11/11/2009 22:52


j'essaie d'apprendre à lire à une dame de 50 ans, Marocaine d'origine, qui ne sait pas lire non plus dans sa langue d'origine - l'Arabe, bien sûr- et je suis souvent confrontée à une mauvaise
prononciation d'une part et un manque de vocabulaire ou vocabulaire déformé et mal utilisé d'autre part.
ex: je suis son "souffle" douleur
ou : fiole : oui, je sais ce que ça veut dire ! c'est quand je suis sa marraine !