ADN VS monnaie fractale ou monnaie libre

Publié le par dubruly

Fractal, ale,als

(adjectif)

Se dit de figures mathématiques dont la détermination repose sur le principe de la fragmentation.

***

En fait l'dée de fragmenter une économie complexe arrivée à son paroxisme c'est de mettre un terme au pouvoir du dollar sur le marché mondial afin de faire éclater  l'économie pour que personne ne soit dépendant du dollard américain. C'est une riche idée mais qui ressemble trait pour trait à une libéralisation totale des monnaies en d'autres termes une dérégulation des marchés avec toujours plus de concurrence et d'exclusion de milliards d'êtres humains qui subiront comme aujourd'hui les dommages collatéraux de cette lutte pour posséder la monnaie la plus rentable pour ceux qui en seront les créateurs.

Il me semble que c'est ni plus ni moins le remplacement d'un pouvoir par un autre ou plusieurs autres ou plus exactement le passage d'une olligarchie à d'autres. Les plus malins en tireront toujours profit et les autres resteront toujours exclus.

La réalité c'est qu'il n'existe plus que deux mondes économiques possibles aujourd'hui un monde capitaliste et un monde communiste. En Chine il existe un capitalisme d'état et en Europe se prédessine un capitalisme fédéral européen à la sauce américaine. Ce qui rend le socialisme totalement inopérant face aux enjeux mondiaux liés à l'expansion démographique qui rendra à terme l'impossibilité de satisfaire les besoins de la population qui se révoltera c'est inéluctable. La réponse politique à terme il faut bien s'en persuader c'est que le monde doit devenir à la fois capitaliste et communiste. Capitaliste pour continuer de réguler  la production des richesses qui pemettent l'evolution technologique dont l'humanité à besoin pour vivre. Communiste pour donner à chaque être humain quel que soit ses possibilités intellectuelles ou manuelles de vivre décemment sans se poser de questions sur la date de sa déchéance.  Pour cela il faut séparer la monnaie en deux monnaies une monnaie pour vivre  et une monnaie pour s'enrichir ou ce qui revient au même créer un marché de biens et de services vitaux et garder un marché de la richesse. C'est ce que je propose dans mon livre l'ADN de Patricia, dans les faits ces deux marchés existent mais ils ont la même monnaie et les mêmes principes de base ce qui rend le deuxième incohérent. Tout simplement parce que le communisme ne peut fonctionner avec les idées  du capitalisme que sont la concurrence et le profit. La seule solution c'est de combiner les deux systèmes  pour faire la mondialisation. Certains diront oui, il préconise le modèle chinois en gros. Presque sur le marché des biens et des services vitaux, sauf que je change la donne, l'argent est dématérialisé et les règles de convergences du communismes ne sont plus celles de Mao mais celles des soi-disants écologistes de la COP 21. De plus je transforme les droits de l'homme en devoirs de l'être humain. La femme est toujours mise en parité dans les droits de l'homme mais on continue toujours à dire les droits de l'homme mais pas les droits de la femme. De plus il n'existe pas de droit à l'égalité des chances dès la naissance, avec l'ADN oui !

 

***

Je ne suis pas politicien ni anarchiste ni putchiste mais je pense que nous pouvons réagir contre tout ce qui entrave notre bien-être sans tout changer mais en adaptant l'humanité d'aujourd'hui aux besoins de l'être humain d'aujourd'hui. C'est faisable parce que nous formons tous ensemble, l'unité centrale de l'ordinateur le plus puissant de l'univers avec la mémoire vive la plus performante inimaginable et une mémoire morte d'une capacité sans faille. Ce qu'il nous manque c'est le soft qui fera fonctionner l'application qui rendra à l'être humain sa suprématie par rapport à l'argent. Mais cette application ne peut être issu d'un logiciel libre que si le soft est universel donc non local. Le rôle de la monnaie est relatif au pouvoir qu'elle donne à ceux qui en ont par rapport à ceux qui en manquent. De générations en générations l'argent se transmet ce qui signifie qu'un être humain riche transmet sa richesse à ses descendants. De ce fait il existe des familles riches et des familles pauvres. La plupart des riches resteront riches et deviendront toujours plus riches et les pauvres resteront toujours pauvres quoi qu'ils fassent à moins qu'ils gagnent au loto. Ce qui doit changer ce n'est pas que les riches deviennent pauvres ou donnent leur richesse aux pauvres, mais que les pauvres puissent devenir riches aussi. Voilà l'hypothèse que je pose au préalable dans mon livre l'ADN de Patricia. Ceci est possible si l'on remet le rôle de la monnaie à sa vraie place.

Hier la monnaie servait d'échange pour acheter des denrées pour vivre. Les gens faisaient leur marché et la valeur des denrées était locale. Cependant un sou était un sou et un sou représentait une valeur nationale, l'import export étant limité par les distances. C'était l'état qui créait la monnaie. Aujourd'hui la monnaie n'est plus créée, que par l'état mais par les banques et la monnaie ne sert plus à acheter que des denrées mais aussi des objets de richesse. La valeur de la monnaie n'est plus ni locale, ni nationale mais internationale. Tout le monde peut accéder à la monnaie internationale même si certains n'en ont pas pour la raison que j'ai citée juste avant. Si nous trouvons le moyen de permettre aux pauvres de devenir riches et aux riches de continuer d'augmenter leur richesse en modifiant certaines règles du système, nous progresserons dans l'ordre et la bonne humeur parce que la valeur de la monnaie sera la même pour tout le monde. Maintenant si nous décidons de déréguler l'économie en fragmentant la monnaie pour la rendre encore plus locale qu'elle ne l'était alors la valeur d'une denrée ou d'un objet n'aura plus aucun sens commun et le monde du travail sera entièrement déstabilisé, l'économie n'aura plus de règles nationales stables, les coûts de production seront incalculables et les entreprises seront confrontées à une contrainte supplémentaire celle de comment gérer de concert la production locale, nationale et internationale si les monnaies sont libres. C'est le paradoxe de la décentralisation confrontée à la mondialisation oui : des pays européens,devinez lesquels, veulent construire une fédération c'est à dire centraliser les pouvoirs et  paradoxalement un  pays comme  la France décentralise son pouvoir. C'est à n'y rien comprendre !  En fait cela ressemble au principe  de diviser pour mieux régner.

L'état décentralise les pouvoirs aux régions qui ont des contraintes budgétaires différentes selon la population et l'environnement. Si la région crée sa monnaie l'état ne peut plus financer la région comme il le faisait avant. Si de plus dans la région il se crée des monnaies libres comment gérer la devise de la France qui est l'égalité des citoyens. Nous sommes là devant un phénomène qui est propre à notre civilisation l'intérêt général qui prime sur l'intérêt particulier augmente les exclusions et provoque des tensions parce que tout est fondé sur la monnaie. Sans ordre et sans hiérarchie l'intérêt personnel prime sur l'intérêt général, c'est pour cela que la démocratie existe avec des libertés certes mais limités. Si nous libéralisons tout, chacun fera ce qu'il veut ce sera pire qu'aujourd'hui nous avons connus les conséquences de mai 68 nous sommes aujourd'hui sur la route de mai 2018. Si en 2017 nous n'arrètons pas cette frénésie liée à l'argent la france partira en vrille et entrainera l'Europe dans l'anarchie et la suite vous la connaissez ! lol !

Si une communauté décide de la valeur d'une pomme de terre certains pourront manger des pommes de terre d'autres non, parce que celui qui produit la pomme de terre n'aura pas son mot à dire. Si la valeur attribuée ici, est moins forte que là, le producteur ira vendre là, où est son intérêt. Pour manger des pommes de terre la communauté d'ici devra augmenter la valeur attribuée à la pomme de terre et nous nous retrouverons dans le même schéma de l'économie actuelle, seulement les capitalistes seront locaux et non nationaux ou internationaux. Le risque c'est d'exclure des locaux qui ne veulent pas s'intégrer au groupe ou qui ne peuvent pas parce qu'il ne savent pas comment faire. Si nous parlons des logiciels libres il faut bien remarquer que ce qui est libre c'est la possibilité de  modifier le code source de l'application. Ce qui laisse le pouvoir au développeur de travailler à améliorer l'application pour l'utilisateur, qui n'a pas de toute façon son mot à dire s'il n'est pas développeur lui même. Nous voyons bien que la liberté est donné au développeur mais pas à l'utilisateur. De ce fait il est fort probable que les logiciels libres ne serviront pas l'intérêt général mais seulement l'intérêt des développeurs. Les monnaies libres seront donc des monnaies privées. Le risque est que si la monnaie est locale les descendants héritiers seront condamnés à vivre au même endroit toute leur vie à moins de faire fi de leur richesse.

A l'ère du numérique rien n'est impossible ! Utilisons nos connaissances pour nous sortir de ce monde au bord du chaos monétaire. Par contre soyons ordonnés et ne cédons pas à l'individualisme et au communautarisme. Le système "démerde" n'est pas bon pour l'égalité des droits. D'un système capitaliste ne faisons pas plusieurs petits systèmes capitalistes. Arrêtons de décentraliser le pouvoir parce que nous allons créer des communautés dont les caractéristiques ne seront pas universelles entrainant ainsi plus de guerres intestines. Le mot fractal est un mot qui à un sens particulier, qui attribué à la monnaie est signe de fracture sociale car la notion de citoyenneté et de répartition  n'est plus assurée. La liberté de se déplacer d'une communauté vers une autre ou d'un lieu vers un autre devient difficile si le citoyen a commencé à épargner dans une monnaie, si l'épargne est toutefois possible. N'utilisons pas de logiciels libres parce que le logiciel libre n'est pas accessible à tous. Il faut que chacun puisse participer à la construction de son avenir, or avec les logiciels libres seuls les informaticiens ont le pouvoir sur les autres.

Quand j'enseignais en école d'ingénieur, au début quand je dispensais mes cours  j'écrivais sur le tableau noir avec un outil universel la craie. Puis le temps du microprocesseur est venu avec les tableaux blancs qui ont fait leur apparition en même temps. J'utilisais alors le feutre encore un outil universel et la projection de mon écran d'ordi sur le tableau blanc.  Mais un jour sont apparus des langages informatiques et la programmation était née. Les jeunes élèves ont suivi des cours d'informatiques pendant leur cursus à l'école d'ingénieur mais moi je n'avais pas le temps de suivre des cours. Puis d'années en années, j'ai été obligé de m'y mettre ce qui faisait pour moi et bien d'autres collègues une charge de travail supplémentaire phénoménale compte tenu qu'il est très difficile de suivre à plein temps des formations quand on est enseignant soi même, l'autodidactie étant la seule solution dans ce cas. J'avais en fait un deuxième métier à apprendre et pas le moindre. Informaticien est un métier à part entière.  Je n'ai donc pu acquérir que les bases afin de pouvoir me débrouiller avec les simulateurs dont j'avais besoin pour complèter la théroie. Je suis passé dans beaucoup de stades olympiques des systèmes d'exploitations du dos à unix, puis du langage de programmation basic et du fortran, au langage C et aujourd'hui au langage objet le top du top le c++.

Mais ce n'est pas tout un jour, un certain monsieur Tim Berners-Lee créait le World Wide Web. L’objectif : donner aux scientifiques un moyen simple de trouver et d'échanger des informations. Alors là tout le monde s'est mis au garde à vous, a enfillé son plus bel uniforme pour faire défiler des pages WEB sur l'écran de son ordinateur. Seulement voilà au web, tous les enseignants ne pouvaient y accéder parce qu'en 1989 un ordinateur coutait très cher et les sytèmes d'exploitations aussi. Que dire des applications ? Les informaticiens se sont emparés du web et un nouveau métier est apparu le WebMaster. Seulement tout le monde ne peut pas être informaticien et de ce fait aujourd'hui le web est dominé par une communauté qui pour rien au monde ne voudrait partager ses connaissances. Bill Gates s'est fait une fortune parce qu'il a eu la chance d'être jeune au moment de cette révolution numérique et d'avoir pu en profiter. En créant Microsoft il a crée le premier logiciel fermé "Windows". Windows est le contraire d'un logiciel libre parce que seul Microsoft connait les sources et peut les modifier. Mais du point de vue utilisateur Windows est accessible à tout le monde alors que Le logiciel libre sous unix par exemple est le symbole de l'exclusion et du sectarisme. Pour travailler avec unix il faut connaitre unix il penser unix c'est le principe du communautarisme. Celui qui ne sait pas développer ne peut se développer.

Quand j'avais un problème avec mon ordinateur de bureau qui tournait sous windows les responsables réseaux me répètaient :  " t'es pas encore  passé sous unix ? Avec windows t'es limlité". Je leur répondais: " je ne suis pas informaticien et unix je ne connais pas, de plus windows c'est facile d'utilisation, je n'ai pas besoin de savoir programmer. Et l'os est mis à jour par Microsoft  à chaque fois qu'une évolution des applications apparait.  Avec un logiciel libre ce n'est pas le cas puisque tout le monde peut faire évouluer l'os, mais qui fait les mises à jours des apllications ? En tous cas pas un système centralisé il faut que l'utilisateur fasse ses mises à jour tout seul sans l'aide d'un programmeur. Ce n'est pas bon pour les petits vieux tout ça ni pour celui qui n'a pas dépassé le stade du brevet des collèges. J'aurais dit il y a 50 ans celui du certificat d'étude.

L'utilisateur de l'informatique n'est pas un programmeur il subit les règles que  l'informaticien lui impose. Si vous changer de logiciel l'utilisateur doit tout réapprendre il faut tout recommencer depuis le début.  Windows est universel et pourtant tout le monde ne sait pas se servir d'un ordinateur. Comment une  personne agée par exemple qui ne sait même pas faire la différence entre un système d'exploitation et une application peut imaginer un jour avoir à payer ses impôts sur internet. Certaines personnes n'ont même pas d'ordinateur chez elles et certaines mêmes pensent que personne n'est jamais allé planter un drapeau sur la lune. Quand aujourd'hui un être humain est capable de croire que de  tuer  des gens lui ouvira les portes du  paradis parce que quelqu'un lui a dit, que ce soit  un prohète ou un autre être humain, qu'il ne connaît même pas, c'est fou!  Pensez-vous  que le fait de faire croire au gens qu'une monnaie parce qu'elle est-libre va donner à manger à ceux qui y adhéront va changer leur comportement vis à vis de l'argent c'est utopique et malsain. Que la monnaie soit libre ou non, cela n'aura aucun effet sur le rapport avec le fait que de possèder du pouvoir d'achat entretien la cupidité de l'être humain. La solution n'est pas dans les monnaies libre. La solution est dans la libération de l'être humain vis à vis de la monnaie.   Quand l'être humain n'aura pas besoin de se battre avec les autres êtres humains pour obtenir de la monnaie pour vivre alors ce sera ça le paradis mais sur terre.

Bref  pour finir libre se traduit par free en anglais mais free ne se traduit pas gratuit en français. Un logiciel libre n'est de toute façon pas gratuit. Il faudra payer avec la monnaie du logiciel. Encore faudra t-il pouvoir y accéder  qui paiera les mises à jour ?

C'est de l'ADN dont nous avons besoin dans un nouveau monde ou la récompense individuelle remplace celui de la punition collective.

Changer de mentalité voilà la solution.

 

Publié dans compréhension

Commenter cet article